Initialisation
Aimer BandolActu, c'est ici !

Inscrivez vous à la newsletter

Cela s'est passé un....

Nous retrouverons chaque jour une événement marquant et important qui s'est produit, dans le monde, le même jour et le même mois, mais bien sur il y a quelques années, voire beaucoup plus.

La plume journalistique qui nous éclaire chaque jour se tiendra dans les pas de l'actualité passée et sans ligne directive, si ce n'est celle de nous faire revivre un moment historique souvent oublié ou peu mis en lumière ou non.

Plus que jamais se souvenir des belles choses...

Jeudi 25 Août 2016  à 14 h 16' 28"

Singer a eu du mérite...

Le 12 août 1851

Singer a eu du mérite...

C'est une révolution qui va changer les habitudes de millions d'individus dans leur façon de s'habiller.

Fini le sur-mesure, place au prêt-à-porter. Le 12 août 1851, Isaac Merrit Singer, machiniste de New-York, dépose un brevet pour la première machine à coudre à usage domestique.

Il obtient bien sûr le premier prix à l'Exposition universelle de Paris en 1855. Qui n'a pas eu sa Singer dans les maisons de France ?

Plus que jamais se souvenir des belles choses


cliquer sur une image pour l'agrandir
Jeudi 25 Août 2016  à 14 h 10' 46"

Nuvolari, un si grand petit homme

Nuvolari, un si grand petit homme

Nuvolari, un si grand petit homme

Ferdinand Porsche, directeur de l'écurie et ingénieur Auto Union, le jure : Tazio Nuvolari est "le plus grand pilote d'hier, d'aujourd'hui et de demain".

L'Italien, d'abord motocycliste, est mort Nuvolari, un si grand petit homme. Il est connu pour sa petite taille, son sens inné du pilotage, son courage - régulièrement plâtré, on l'a attaché à sa moto ou modifié les pédales de ses autos pour qu'il puisse conduire à peine sorti des hôpitaux - son sens de l'humour auquel Sammy Davis ne résiste pas...

Après sa victoire au Grand Prix d'Allemagne en 1935, il échange avec un journaliste zélé :
Le journaliste : "Où trouvez-vous le courage de grimper à chaque fois dans votre cockpit ?"
Nuvolari : "Et vous ? Où espérez-vous mourir ?"
Le journaliste : "Moi ? Chez moi, j'espère ! Dans mon lit !"
Nuvolari : "Où trouvez-vous le courage de vous glisser chaque soir dans vos draps ?"

Deux fois champion d'Italie de vitesse moto en 1925 et 1927, champion d'Europe de vitesse moto en 1926 et champion d'Europe des pilotes automobiles en 1932, il perd son fils aîné Giorgio en 1937 ; moins de 10 ans plus tard, en avril 1946, c'est son fils cadet Alberto qui décède. Le pilote prend tout de même le départ du Grand Prix de Marseille un mois plus tard et réalise le meilleur tour en course avant d'abandonner. Victime d'asthme, à cause des gaz d'échappement, il doit conduite avec un masque durant les dernières années de sa carrière. En 1947, il remporte la victoire de sa catégorie dans la Salita al Monte Pellegrino, une course de côte à Palerme, au volant d'une Cisitalia-Abarth 204.

Enzo Ferrari le certifie : "Nul n'a, comme lui, combiné une si haute sensibilité de la voiture à un courage presque inhumain."

Plus que jamais se souvenir des belles choses...


cliquer sur une image pour l'agrandir
Jeudi 25 Août 2016  à 14 h 8' 10"

Un goût de Marseille à Madagascar

le 10 août 1500

Un goût de Marseille à Madagascar

Comme le Gênois Christophe Colomb, il a cru découvrir les Indes. Raté encore une fois : le 10 août 1500, Diego Diaz aperçoit la Grande Île de Madagascar.

Le marin portugais est arrivé par hasard sur ces plages, porté par la tempête.

Six ans après, un autre portugais, Fernando Suarez débarque sur les plages d'Antsiranana ; la ville devient Diego Suarez.

Il est impossible d'y faire escale sans passer voir un Marseillais de pure souche installé depuis des années à Mada. Francis Gout est consul général de Marseille auto-proclamé à Madagascar ; il délivre des passeports aux Marseillais, il ne rate jamais un match de l'OM, il a créé le Diego Planet, le plus grand bar de Mada, sur le modèle des grands cafés et restaurants d'Asie.

Francis Gout a été qualifié de "serial entrepreneur" dans l'un des pays les plus pauvres du monde. Francis Gout est un grand monsieur et ceux qui ont connu les belles heures de la pizzeria "Chez Angèle" au Panier, à Marseille, ne peuvent qu'abonder.

Plus que jamais se souvenir des belles choses...


cliquer sur une image pour l'agrandir
Jeudi 25 Août 2016  à 14 h 2' 11"

Un instant d'éternité.

Le 9 août 1992

Un instant d'éternité.

Le 9 août 1992, les Jeux Olympiques de Barcelone s'achèvent au parc de Montjuic, où ont lieu les épreuves d'athlétisme. Quelques jours plus tôt, les spectateurs du stade olympique ont assisté au premier sacre d'une athlète noire, sur 10 000 mètres.
L'Ethiopienne Derarte Tulu remporte l'épreuve devant la sud-Africaine blanche Elena Mayer, autorisée à participer aux Jeux en raison de la réintégration du Comité olympique de son pays, après 28 ans d'absence, apartheid oblige.
Sitôt la ligne d'arrivée franchie, les deux femmes tombent dans les bras l'une de l'autre et malgré le zèle d'un officiel qui tentera de les en empêcher, elles effectuent un tour d'honneur ensemble, l'une avec le drapeau éthiopien, l'autre avec le drapeau du Comité olympique de son pays.

Plus que jamais se souvenir des belles choses...

Avec quelques belles images d'archives sur le lien...

Voir le lien.

cliquer sur une image pour l'agrandir