Initialisation
Aimer BandolActu, c'est ici !

Inscrivez vous à la newsletter

Mercredi 17 Juillet 2019  à 16 h 7' 27"

Mais que sont –elles devenues ? Qui ça ? les écharpes des adjointes et adjoints

Mais que sont –elles devenues ? Qui ça ? les écharpes des adjointes et adjoints

Depuis plusieurs cérémonies et commémorations patriotiques, les Adjointes et Adjoints participants (y’a pas bousculade) ne portent plus leurs écharpes ; seul le Maire porte la sienne, celle à glands d’or (et non pas glandeur !)

On ne peut que s’étonner de cette concomitance et toutes les supputations sont envisageables.

Ces élu(e)s auraient –ils (elles) honte d’apparaître ?

Auraient-ils (elles) honte d’être reconnus….pour vivre heureux vivons cachés ?

Autre solution, sans doute la plus plausible, cette particularité bandolaise fort peu d’esprit républicain, ne peut résulter que d’une consigne du Maire lequel aurait sans doute la crainte d’être mélangé au menu fretin et de ne pas être reconnu !!!

Où va se nicher un égo démesuré ? et une soumission à celui auquel on doit tout !

Le clairon du port


cliquer sur une image pour l'agrandir
Vendredi 28 Juin 2019  à 8 h 7' 14"

Les planches et le béton !

Les planches et le béton !

Si ses planches, ses parasols et ses cabines de plage ont fait la renommée de Deauville, Bandol renouvelle l’esprit station balnéaire en misant sur le béton, béton des « allées du quai de Gaulle » ça va de soi ;

Au-delà de l’esthétique (les gouts et les couleurs se discutent !) on aura une pensée émue pour tous les commerçants subissant les effets de la réverbération calorique et bien entendu les serveurs des bars et restaurants ayant à déambuler pour aller servir la clientèle ….sur les planches, en attendant que la « promenade ombrière » ne produise ses effets.
Est-ce que le code du travail et la sécurité prévoient le port de chaussures à semelles thermo isolantes ?
Mais peut être ont- ils fait une formation fakir !
Quand aux touristes et passants gageons que pour beaucoup ils rechercheront des allées plus supportables…à moins que ce choix de matériaux réverbérant la chaleur n’ait que pour but d’engager le potentiel consommateur déshydraté à s’arrêter pour se désaltérer….
ça c’est de la stratégie commerciale !

Le clairon du port


cliquer sur une image pour l'agrandir
Mercredi 26 Juin 2019  à 10 h 45' 58"

Maison des vins, l’entourloupe !

Maison des vins, l’entourloupe !


Notre gazette départementale nous gratifie d’un article relatant un débat à distance entre divers protagonistes, portant sur le sujet de la Sogeba, car c’est bien là , la véritable question , au-delà de la seule « maison des vins ».

Que depuis l’origine, la Sogeba ….et donc ses actionnaires, dont la Ville de Bandol représentée par son maire ou ses affidés se soient exonérés des statuts, démontre bien la réalité de l’incompétence des uns et des autres, et qu’il ait fallut 4 ans à celui qui proclame son grand respect de l’éthique pour réagir.

La reconnaissance que, comme le dit notre maire ,« la sogeba gérait illégalement » pose la question de l’ensemble des actes de gestion vis-à-vis en particuliers des locataires , tant en matière de légalité des baux, en l’occurrence de baux commerciaux permettant l’exercice d’une activité professionnelle, que de la perception des loyers…, cette situation pouvant causer un grave préjudice aux dits locataires, lesquels , (dont ceux qui sont au Val d’Aran pourraient aussi faire leur miel) seraient sans doute bien fondés à contester un certain nombre de ces actes de gestion…..

Au fait, le Président potiche de la Sogeba est bien un très proche du Maire et par ailleurs adjoint ! non ?
Et les Administrateurs des élus majoritaires ?
Et le Maire garant de la situation , non ?
Alors ne faisons pas comme si tout cela était fortuit !

Au-delà, dire qu’il faut vendre ce bien communal pour résoudre la question est bien une entourloupe ; en effet il suffit simplement aux actionnaires et au propriétaire (la commune) de mettre en place un autre gestionnaire comme le font tous les acteurs économiques en pareil cas et non de spolier la commune par une vente inopportune….
la logique voudrait que le Val d’Aran soit lui aussi vendu, non ?

Cet article de Var Matin démontre aussi le peu de cas fait par « notre » maire de la visibilité d’une image portant Bandol à travers ses vins dont il se complait à dire qu’après tout , Bandol n’était que le port d’embarquement et que la maison des vins se situe à La Cadière…..que pensent les vignerons de ce dédain ?
Pour le cas ou le nouveau propriétaire ne voudrait pas permettre de conserver cette visibilité aux vins de Bandol, reste alors la possibilité (qu’il nous dit, le bradeur) d’installer ce lieu de promotion et de vente de la richesse du terroir en un autre lieu à Bandol.
Une idée aurait –elle germée ? Il est vrai que la commune dispose de biens remarquables ( !)par exemple les locaux de la Rue Puits de Charron, locaux autrefois mis à disposition des associations lesquelles ont été à leur grand dam déménagées à la Maison Tholosan, les ex locaux demeurant vides…ça c’est de la gestion et quel lieu d’exposition !

Enfin autre question ; notre grand visionnaire nous dit que le nouveau propriétaire devra prendre à sa charge (conditions de la vente) les indemnités d’éviction …..autant dire que ce montant sera déduit du prix d’acquisition (ce que l’on se cache bien de nous dire)….à moins que ce soit un acte de philanthropie vis-à-vis de la commune !
Alors où se trouve l’intérêt d’une telle opération ?
Peut être trouver des sous pour financer le grand chantier dont le montant annoncé fait rire (jaune) tous les gens un peu informés sur les questions de coûts de tels travaux !
Comme pour les foires aux bestiaux, c’est à la fin du chantier que l’on fait les comptes !

Le clairon du port


cliquer sur une image pour l'agrandir