Initialisation
Aimer BandolActu, c'est ici !

Inscrivez vous à la newsletter


Bienvenue sur le site de BandolActu.

Retrouvez l'actualité bandolaise au quotidien


Jeudi 25 Mai 2017  à 9 h 39' 47"

Redécoupage ou scrutin de liste ?

La profusion de candidatures aux prochaines législatives est-elle le signe d’une bonne santé démocratique et d’une volonté des citoyens à participer en s’engageant , ou plutôt une source de recettes pour des micro partis voir groupuscules, voir familles, vivants sur le dos des contribuables auxquels par ailleurs ils promettent d’alléger les impôts…promesses impliquant qu’ils devraient commencent par donner l’exemple .
Alors Mr Le Garde ses Sceaux, écouterez vous René Dosière ?….ou vos ex futurs collègues ?

Il n’en demeure pas moins que cela pose diverses questions liées en particulier aux cohérences territoriales
Est –il bien raisonnable que Bandol et Sanary soient dépendantes d’un vote des Seynois intégrés dans le pôle d’attractivité administratif et économique de l’agglomération (bientôt métropole) de Toulon.
Déjà que notre communauté d’agglomération Sud Sainte Baume est coupée en deux pour la représentation départementale, ce qui au demeurant n’est pas un handicap compte tenu de la proximité des élus concernés, elle l’est aussi et ceci sans doute de façon plus interrogative voir préjudiciable pour sa représentation nationale.
Si par le passé le découpage amenait à une sur représentation de la « ruralité » par rapport à l’urbain, ce découpage « comptable » actuel, basé sur le nombre d’habitants (environ 110000 par circonscription) devient incohérent avec l’évolution administrative et politique des nouveaux territoires.

Avec la volonté, le besoin de réduire le nombre de parlementaires, et le non cumul des mandats, peut être serait-il possible, alors, d’en revenir à un scrutin de liste majoritaire laissant place naturellement à une partie de proportionnelle (comme pour les municipales, régionales et européennes), le Député étant le représentant de la Nation et le Législateur…..ce qu’il est d’abord.

Les représentations politiques et administratives territoriales de proximité avec l’évolution des décentralisations et regroupements de communes semblent suffire à l’exercice de la démocratie locale.
Il ne semblerait par contre pas incohérent de proposer un vrai vote au suffrage universel, des représentants de ces collectivités territoriales (communautés de commune ou d’agglo) plutôt que de voir les postulants noyés et invisibles dans les listes municipales, ceci n’encourageant pas à l’action….voir la simple participation, ou le véritable intérêt qu’ils y portent. (il n’y a qu’à voir les séances des conseils communautaires !)

La plupart des citoyens ne connaissent pas le nom et la délégation de leurs conseillers municipaux, alors qu’en est –il des conseillers d’agglomération, agglomérations qui vont prendre de plus en plus d’importance ?
Il nous faudrait sans doute aussi poser un autre regard sur la mission du Député, lequel , mis à toutes les sauces des réclamations et sollicitations, se trouve souvent dépité de constater que les citoyens venant le voir ne le font pas pour l’interroger sur le sens de telle ou telle loi, lui faire des propositions sur tel ou tel sujet, l’activité qu’il déploie, les positionnements qu’il prend ; en gros, son vrai travail les indiffère, ils ne viennent qu’en consommateurs !

A défaut, un redécoupage s’impose, lequel devrait s’extraire de la logique « population » et prendre en compte la réalité des territoires en particulier ruraux peu peuplés, très vastes, rendant la tâche du député très compliquée et développant le sentiment (réalité) d’abandon des habitants.
Prenons l’exemple du Var dans lequel la 8em circonscription (au delà de l’A8, et allant des Alpes Maritimes aux Bouches du Rhône) couvre plus de 30% du département ;
En additionnant les 6em et 4em, les 3 représentent alors 70%du territoire du Var avec 3 députés ;
A comparer aux 1ere, 2em, 3em, 7em qui représentent à elles quatre, 10% du var avec donc 4 députés.

On pourra aussi constater que les départements de Corrèze et d’Ariège n’ont que 2 députés chacun.
Paris en comportant 18 !
Ce sont désormais les territoires hyper urbanisés qui sont sur représentés….avec quels résultats ?
Il serait sans doute plus pertinent de viser un ré équilibrage de l’action publique en particulier en terme de développement de la présence des services AU public dans les territoires les plus éloignés ou excentrés….ceci ne voulant pas forcément impliquer le redéploiement DES services publics souvent couteux, en veillant bien à ce qu’un
développement du numérique trop déshumanisé ne devienne pas une machine à exclure ou a isoler….ou à nuire à l’action démocratique des citoyens.

Ximpertinent


cliquer sur une image pour l'agrandir